gm project   I   connexions

peinture sur toiles

La question de l’eugénisme, sous-jacente tout au long de ce travail, est aujourd’hui discrètement présente dans les pratiques biomédicales favorisant la procréation (thérapie génique, diagnostic préimplantatoire ou prénatal, clonage reproductif ou thérapeutique).
Il s’agit d’un tout autre eugénisme que celui pratiqué dans la première moitié du 20e siècle. A la différence de l’eugénisme d’Etat pratiqué auparavant, l’eugénisme contemporain ne cherche pas à modifier l’espèce humaine et n’est pas imposé. C’est un eugénisme privé, négatif, librement choisi par les parents, légitimé par l’idéologie néo-libérale. Puisque les personne qui choisissent les mères porteuses et les pères donneurs, ou qui décident d’éliminer un foetus infirme agissent sur une base strictement privée et individuelle, de quel droit entraver leur liberté?